Les femmes de Maisonneuve 2 : Marguerite Bourgeoys

Les femmes de Maisonneuve  2 : Marguerite Bourgeoys
  • Éditeur québécois

1641. A Troyes, en Champagne, Marguerite Bourgeoys a quitté sa famille et loge à l'hôtel du Chaudron d'Or chez Jacqueline de Chomedey, soeur de Paul de Maisonneuve. Elle enseigne au pauvre dans la ville, choisissant de ne pas se cloîtrer comme les religieuses du temps.

De retour du Canada, alors qu'il est de passage dans son village natal, le sieur de Maisonneuve parvient à convaincre la belle Marguerite de l'accompagner au Nouveau Monde en qualité de gouvernante dans une bourgade constamment menacée par les Iroquois.

En Nouvelle-France, Marguerite se lie d'amitié avec Jeanne Mance, devient sa confidence et l'aide à son hôpital. Mais alors qu'elle multiplie ses contributions à la communauté qui se développe autour de Fort Ville-Marie, voilà que son amie devient invalide de son bras droit. La soignante ayant besoin d'hospitalières à son Hôtel-Dieu, Marguerite traverse en France avec elle pour chercher du renfort. En plus de nouvelles infirmières, les deux femmes de Maisonneuve ramènent des enseignantes pour l'école de Marguerite, sur un navire contaminé par la peste.

A nouveau sur la terre ferme, celle que tout le monde appelle «soeur Bourgeoys» instruit les enfants dans une étable désaffectée, héberge les «filles du roi» et fonde la première chapelle en pierre de Ville-Marie. Maisonneuve ne regrettera jamais de l'avoir emmenée à Montréal, même s'il ne pourra pas toujours rester auprès d'elle…