Les Femmes de Maisonneuve 1 : Jeanne Mance
  • Éditeur québécois

1637. La France est en guerre. La grande peste ravage la ville fortifiée de Langres, où l'infirmière Jeanne Mance soigne les blessés et les pestiférés. Un jour, elle entend l'appel des âmes païennes et elle décide de se rendre à Paris. On présente l'audacieuse missionnaire dans les salons, où elle rencontre une riche héritière qui souhaite fonder un hôpital en Nouvelle-France. Jeanne accepte de participer à la mission dirigée par le charmant Paul de Maisonneuve, qui deviendra son ami intime.
Après un long voyage en mer et un hiver rigoureux à Québec, où Jeanne se lie d'amitié avec madame de La Peltrie et Marie de l'Incarnation, la troupe de fondateurs remonte le Saint-Laurent et débarque sur l'île de Montréal. Bientôt, les Iroquois surviennent et terrorisent la petite communauté qui peine à s'installer. Des voyages en France s'imposent pour réclamer de l'aide, et Jeanne persuade Maisonneuve d'utiliser les sommes destinées à la fondation de l'Hôtel-Dieu pour sauver la sanglante Ville-Marie – une décision qui lui vaudra bien des reproches.
Alors que, au terme de sa mission, Maisonneuve est rappelé dans la mère patrie, l'évêque de Québec talonne Jeanne Mance pour qu'elle rembourse les sommes « détournées » de l'hôpital. C'est le coeur lourd qu'elle fait ses adieux à l'homme avec qui elle a oeuvré dans le Nouveau Monde et qui doit maintenant partir, emportant avec lui ses rêves et ceux que Jeanne caressait encore…